Après cela, je suis devenu encore plus conscient que la défense civile est vraiment nécessaire.

Manoli, 36 ans - Protecteur civil

Je travaille comme chef du bureau de la défense civile. Mon quotidien (quand il n’y a pas de pandémie mondiale) comprend l’administration, l’organisation de cours de recyclage, les demandes de congé de maladie et les réprimandes pour les membres de la protection civile absents. Je suis une mère de famille et je travaille à 60% pour la protection civile, principalement pour la défense civile. Les 40% restants, je les consacre à ma famille et à mon petit garçon.

C’est (je crois) au tournant de l’année 2019/2020 que j’ai entendu parler pour la première fois du coronavirus. Ce n’est que lorsque les médias suisses ont titré un matin « Premier cas de COVID en Suisse » que j’ai réalisé que le danger s’approchait et qu’il nous toucherait aussi bien que la Chine.

Personnellement, j’avais des incertitudes que je n’avais jamais connues auparavant. Comment puis-je protéger ma famille et comment puis-je me protéger moi-même ?

Mon partenaire travaille pour l’un des plus grands détaillants suisses et ne cessait de me parler, le soir, des courses de hamster, des livraisons supplémentaires de nourriture commandées pour garantir la sécurité de l’approvisionnement, et du fait que le personnel était également soumis à une énorme pression.

Comme si tout cela ne suffisait pas, un courriel est ensuite arrivé de la garderie de mon fils.

« En raison de la situation critique et des nouvelles règles du BAG, la KITA doit fermer.

Que dois-je faire maintenant ? Après tout, je dois travailler et on a besoin de moi pour la défense civile…..

J’ai contacté mon patron et lui ai fait part de la situation concernant la garde de mon enfant. J’ai senti une douzaine de pierres tomber de mon cœur lorsque j’ai entendu sa compréhension totale au téléphone.

Même si c’était agréable de pouvoir (ou même de devoir) passer plus de temps avec mon fils, les soins devenaient chaque jour plus difficiles. Entre-temps, je travaillais dans un bureau à domicile. Je ne pouvais pas vraiment expliquer à mon fils pourquoi il ne pouvait plus voir son « Gspänli ». Et chaque jour, cette seule question…

« Est-ce que je retourne à la crèche demain ? »

Chaque jour, il perdait de sa patience, se plaignait de plus en plus et, comme il est naturel pour un enfant, il avait clairement besoin de plus d’attention. Parfaitement clair !

Il y a eu des moments où j’ai dû lui dire que je devais me concentrer sur mon travail et que je n’avais pas de temps pour lui en ce moment. Bien sûr, en tant que maman, cela m’a fait me sentir tout sauf bien. Et oui, je l’ai aussi assis devant la télé parfois.

Lorsque la situation en Suisse a menacé de dégénérer, j’ai eu fort à faire. Les appels d’urgence des membres de la protection civile (AdZS) faisaient partie de mes tâches principales.

Nous avons été accommodants avec les offres d’urgence. Nous avons énormément tenu compte des questions personnelles et professionnelles dans le cas d’AdZS. Nous avons exempté du déploiement les forces qui avaient une fonction d’approvisionnement central dans leur vie professionnelle réelle pour l’approvisionnement économique national (BWL) ou qui étaient nécessaires dans le secteur de la santé. Il était clair pour nous qu’ils étaient déjà nécessaires sur « l’autre front ». Nous avons « récupéré » les AdZS qui, par exemple, étaient au chômage ou en chômage partiel et les avons déployés avec nous. Je me souviens d’un AdZS.

Sa petite amie souffre d’une grave maladie immunitaire et l’infection par le COVID pourrait lui coûter la vie. Alors maintenant, les gens autour de moi se battaient avec ces peurs. L’affaire était claire, il est resté à la maison !

Pendant cette période, j’ai appris à connaître l’AdZS de façon très personnelle. Les craintes, les inquiétudes et les questions devaient être résolues, et j’ai donc passé beaucoup de temps au téléphone pour les encourager et les soutenir dans la mesure du possible. Une fois de plus, j’ai pu ressentir le côté humain de la protection civile. Il y avait des appels presque tous les jours, le soir, la nuit et même le dimanche. Mes heures de travail ont augmenté massivement.

Le dimanche, il n’était plus possible de se détendre dans le jardin ou de faire une longue promenade en raison des défis professionnels. La vie de famille a également souffert à certains moments. Néanmoins, il était clair pour moi que c’est mon travail et que cet engagement et ce dévouement sont pour moi une évidence !

Tant de tâches, même petites, font partie de mon travail quotidien. Comme je pouvais désormais faire la plupart de mes tâches depuis mon domicile, mon patron était souvent aveugle. Il était évident qu’il ne connaissait pas par cœur toutes les étapes de mon travail quotidien. Il m’arrivait même parfois de devoir lui donner des devoirs parce que je ne pouvais pas les faire depuis la maison.

Nous nous sommes toujours entraînés pour l' »urgence » et pourtant elle n’était jamais vraiment tangible. Cette mission et cet événement m’ont fait prendre encore plus conscience que la protection civile est vraiment nécessaire.

J’aime faire mon travail – aussi à l’avenir !