J'ai ressenti un grand soulagement quand j'ai entendu la sirène !

David, 21 ans - Premiers secours

C’était une chaude journée de printemps, on pouvait déjà porter une veste légère. Avec mes écouteurs dans les oreilles et de la musique forte, je suis allé à la gare de bonne humeur. Dans quelques minutes, je retrouve « mes gars » et nous allons prendre un verre dans le bar le plus populaire de la ville. Arrivé à la gare, j’ai encore cinq minutes de marche et je me mets donc en route vers ma destination.

J’ai tourné dans le métro piétonnier de la gare sur le parvis et j’ai vu un groupe d’au moins 15 personnes sur la mezzanine. Ils étaient debout en demi-cercle autour de quelque chose. La curiosité a pris le dessus, je voulais savoir s’il y avait quelque chose à donner. Je me suis trompé. Il y avait un homme couché, la tête en bas. Son visage était massivement bleu. Je savais déjà, grâce aux cours, que l’homme respirait probablement mal ou pas du tout.

Aucune des personnes présentes autour n’a aidé à ce stade. J’ai demandé autour de moi si quelqu’un avait déjà appelé le 911 et prévenu les services d’urgence. Un « non » est revenu et j’ai commencé à distribuer les tâches. Simultanément, j’ai retourné l’homme sur cette petite plate-forme sur le dos. J’ai alors vérifié sa respiration et j’ai réalisé qu’il ne respirait pas. Une personne s’occupe de l’appel d’urgence, une autre du défibrillateur et une autre encore de prévenir le personnel de sécurité de la gare, qui est une ressource précieuse pour moi ; il se promène souvent sur le site.

J’ai précisé l’ordre du lanceur d’alerte : « Veuillez dire au téléphone que nous sommes en réanimation et que nous avons besoin d’une ambulance et de personnel paramédical. » C’est fait, c’est fait.

Sans ménagement, j’ai remonté la chemise de l’homme sans vie et j’ai serré sa poitrine. Ça a vraiment été dans les bras.

Par coïncidence, une femme en uniforme militaire qui sert à l’école de médecine de l’armée est passée. Le badge d’ambulancier a attiré mon attention d’un coup d’œil rapide et je savais qu’avec elle comme coéquipière, nous passerions le temps. Il était évident qu’à deux, nous pouvions réanimer beaucoup mieux que si je le faisais seul.

En raison de l’adrénaline libérée dans mon corps, j’ai serré la poitrine de l’homme de toutes mes forces. Je transpirais et cela se ressentait aussi dans mes bras.

J’ai entendu la première sirène au loin. J’avais juste un truc dans la tête : « Enfin, le soutien arrive. » Je me sentais déjà considérablement soulagé. Autour de moi, je faisais abstraction de tout. J’étais totalement concentré sur la réanimation et seule la tape sur l’épaule d’un pompier avec la phrase « Nous sommes là maintenant et nous vous soutenons » m’a permis de récupérer et de recharger mes batteries. J’ai réalisé que j’étais vraiment à bout de force. Mais juste à ce moment-là, les professionnels en uniforme étaient enfin là.

Mais ils ne m’ont pas renvoyé. Non, ils m’ont pleinement impliqué dans la situation et j’ai eu l’impression de faire partie de l’équipe sur place. Quelques minutes plus tard, d’autres sirènes ont retenti au loin.

Le service d’ambulance et le médecin d’urgence sont arrivés. Une douzaine de personnes en vestes légères sont maintenant impliquées dans la situation. Tout le monde savait exactement ce qu’il fallait faire. Pendant ce temps, les pompiers avaient également les mains libres et pouvaient s’occuper d’une protection visuelle.

L’homme en arrêt cardiaque était maintenant branché. Les secouristes ont travaillé très rapidement et pourtant en équipe bien coordonnée. Vu de l’extérieur, chaque geste était parfait et les nombreuses tâches étaient exécutées de manière extrêmement structurée.

J’ai été impressionné. Et je dois admettre qu’un jour – je l’espère – je serai moi-même autorisé à exercer une telle profession.

Je tiens à vous remercier pour votre aide et votre soutien !