Tao – Extincteur de feu|Rowena – sauveteuse|Natalia – Charge de crisé|Roman – sauveteurs aériens|… et autres organisations d’urgence et de secours||Pour toi. Pour toutes et tous.

les personnes

Nous nous accordons une confiance mutuelle et savons que nous pouvons compter les uns sur les autres.

« En intervention, j’épaule le pilote dans ses tâches opérationnelles dans le cockpit. Au sol, je collabore avec la médecin d’urgence en l’aidant pour la prise en charge médicale du patient. »

Roman, 37 ans – ambulancier à la Rega

Notre équipage ne fonctionne que si nous communiquons bien les uns avec les autres.

Pour nous préparer à une intervention, nous tenons compte des informations transmises par la centrale d’intervention de la Rega. Les chef·fe·s d’opération sont pour ainsi dire le quatrième membre de l’équipage.

Frank, 45 ans – pilote d’hélicoptère à la Rega

Les femmes* peuvent le faire tout aussi bien – parfois même mieux.

L’armée suisse a sa propre police. Mais servent-ils vraiment uniquement l’armée ? En quoi consiste le travail de la police militaire ?

Amanda, 24 ans – Policière militaire

Risquer sa propre santé pour tous les autres. La vie de tous les jours.

Dans leurs missions, les secouristes sont souvent confrontés à la mort.
Pourquoi ne perdent-ils pas courage et continuent-ils à faire leur travail avec beaucoup de cœur et d’âme ?

Tobias, 32 ans – Médecin d’urgence

Au final, nous sommes tous sur le terrain avec le même objectif.

Les catastrophes ne connaissent pas de fin de journée.         Peu importe à quel point la situation semble désespérée, il n’y a qu’une seule devise pour le
de la protection civile n’ont qu’une seule devise :        « Ensemble, nous maîtrisons les désastres ! »

Sandro, 35 ans – Protecteurs civils

Nous étions préparés du mieux que nous pouvions.

Lorsque les organisations sanitaires civiles ne peuvent plus consacrer de ressources, l’armée apporte son soutien avec ses professionnels partout où elle le peut. Ils sont formés pour cela et prêts à tout moment.

Ergün, 21 ans – Aide-soignant

Donner de l’espoir en temps de crise est ce qui me motive.

Les catastrophes ne connaissent pas de fin de journée. Même si la situation semble désespérée, il n’y a qu’une seule devise pour la protection civile: « Ensemble, nous pouvons maîtriser les catastrophes ! »

Natalia, 37 ans – Protecteur civil

Ma fille est la raison pour laquelle je suis allée à la police.

Chaque jour, les policiers doivent faire face à des missions dangereuses. Ce n’est pas facile – mais c’est important – de ne pas perdre courage.

Laura, 24 ans – Polizistin

Être là pour les autres quand les choses se compliquent – c’est ce que je défends !

En Suisse, la majorité des sapeurs-pompiers effectuent un service volontaire. Ils se tiennent prêts pour des missions dans leurs communautés et leurs villes, 24 heures sur 24, tout au long de l’année.

Tao, 25 ans – Pompier stagiaire

le film